23 juillet 2009

Les légendes de la F1 : Nikki Lauda l'Ordinateur

Niki_Lauda_avant_accidentPour la légende de la semaine, j’ai choisi Nikki Lauda.
Andreas-Nikolaus Lauda est né le 22 février 1949 à Vienne. Issu d’une riche famille autrichienne, sa passion pour l’automobile ne trouve pas de résonance au sein de sa famille, aussi doit’il emprûnter de l’argent à ses grands-parents pour commencer à courir.
Finalement en 1971 il s’inscrit en F2, et court le GP de Zeltweg chez lui en Autriche. L’année suivante il se fait engager par March, l’écurie de Max Mosley. S’il n’inscrit aucun point et ne parvient pas à se mettre en valeur, Louis Stanley, patron de BRM le repère et décide de lui faire signer un contrat pour la saison 73. Stanley eût raison de faire confiance au jeune autrichien, car s’il ne ramena que deux points il mena pendant quelques tours les GP de Grande-Bretagne et du Canada. Mais Luca Cordero di Montezemolo, le nouvel homme de confiance d’Enzo Ferrari, nommé à la tête de la Scuderia en 73, décide de l’engager pour la saison 74. Montezemolo est un personnage atypique dans le sport automobile de ces années, car il allie les manières de la grande aristocratie italienne à la rigueur d’analyse américaine, puisqu’il sort de l’université de Columbia. Montezemolo selon Pascal Dro avait le choix entre plusieurs pilotes, plusieurs espoirs, James Hunt (Champion du monde 1976), Jean-Pierre Jarier, Peter Revson et Lauda. Lauda était celui qui promettait le moins et celui qui avait le moins de charisme, mais c’est lui que le Marquese (surnom de Montezemolo) choisit.Luca_di_Montezemolo
Ensembles Lauda et Montezemolo vont reconstruire Ferrari, qui n’a plus gagné depuis plusieurs années. Si Lauda remporte que deux victoires cette année là, il ne peut encore se mêler à la course au titre et termine 4e d’un championnat remporté par Emmerson Fittipaldi.

Après un début de saison 75 difficile Lauda décroche 4 victoires avant de lever le pied pour s’assurer son premier titre mondial. Très vite Lauda déplaît au paddock et aux tifosi. Il se montre froid, sans aucun charisme, il est méticuleux, si bien que d’après Pascal Dro il reçoit le surnom d’Ordinateur. Cette méticulosité, alliée à sa rapidité lui permet de dominer la F1 pendant trois saisons.

Nikki_Lauda_jeuneEn 76 il s’impose sur 4 des 6 premiers GP de la saison avant que son terrible accident du Nürburing ne mette plus ou moins un terme à ses espoirs de titre. Alors qu’il est largement en tête du championnat, il sort de la piste allemande et se crash contre les barrières de sécurité. La Ferrari prend alors feu, sans qu’il parvienne à s’en extirper. Ce sont des pilotes qui vont s’arrêter et lui porter secours. Lauda est un tel état que le prêtre arrive pour lui donner l’extrême-onction trois jours plus tard. Mais alors que tout le monde ne lui donne plus que quelques jours ou quelques heures à vivre, sa volonté de survivre lui permet de triompher de la mort. Sa volonté de faire va même lui permettre ce qui est impensable aujourd’hui, reprendre le volant d’une F1, un peu plus d’un mois après son accident. Défiguré il va pourtant terminer 4e du GP d’Italie, gagnant le respect de tous, y compris de ceux qui ne l’aimait pas. Lauda va même se battre comme un damné pour conserver son titre face à James Hunt. Mais au Japon, sur le circuit du Mont-Fuji, Lauda qui à trois points d’avance sur Hunt préfère ne pas courir plutôt que de risquer sa vie sous l’averse qui s’abat sur le circuit. James Hunt est donc sacré.

cp_1975_ferrari_312_t_f1_niki_lauda_monacoDésormais Lauda va courir encore plus intelligemment qu’avant, de manière à réduire les risques au maximum. Il ne court plus à tout prix pour la victoire, il ne possède plus son style tranchant, comme le dit Pascal Dro, il varie ses coups, mais se montre toujours aussi rapide. C’est ainsi qu’en 1977 il se contente de remporter trois courses pour remporter le titre, grâce à une très grande régularité. Mais à la fin de l’année il décide de quitter Ferrari pour Brabham, qui depuis le retraite de son fondateur Jack Brabham est une écurie de seconde zone.
Cette année 78 il ne remporte donc que deux course et termine 4e d’un championnat remporté par le vieux Mario Andretti. Puis au cours de la saison suivante, démotivé, il décida soudainement de prendre sa retraite pour s’occuper de sa compagnie aérienne Lauda Air. Puisqu’il était devenu chez Ferrari le pilote le mieux payé de l’histoire de la F1 et avait pu ainsi fonder une compagnie aérienne.
Mais en 1982 Nikki Lauda s’ennui à gérer ses affaires. Aussi décide t’il de faire son retour en F1. Ayant quitté le Commandatore Enzo Ferrari en mauvais termes, il décide d’aller chez McLaren, repris un an auparavant par l’Anglais Ronald Dennis, dit Ron. Il va dès la 3e course s’imposer à Long Beach (Etats-Unis), et aurait pu se mêler à la course au titre remporté par Nelson Piquet. En 1983 la nouvelle McLaren fût un échec et ne lui permit que de terminer 10e.
Alain_ProstEn 1984 Ron Dennis décida d’adjoindre à Nikki Lauda le jeune Alain Prost. Si les deux étaient rivaux sur la piste au dire du site Stats F1, ils se respectaient en dehors. Lauda et Prost avaient la même façon de courir, très technique, très méticuleuse, contrairement à de nombreux pilotes de leur époque. Cette saison voit les McLaren revenir au plus haut niveau. Prost s’adjugera 7 victoires et Lauda 5. Alors que Prost est toujours aux avant postes en qualifications, Lauda est englué dans le peloton dont il parvient toujours à se défaire. Y compris lors du dernier GP. Prost se débarasse rapidement de Rosberg, tandis que Lauda partis 11e remonte un à un les voitures qui le précède, car il doit terminer second si Prost gagne. Alors Lauda va littéralement user ses adversaires pour remonter sur Prost et terminer 2e, grâce au problème technique qui à ralentis la Williams de Nigel Mansell. Malgré deux victoires de moins que Prost c’est Lauda qui remporte le titre, le 3e et dernier de sa carrière, 7 ans après son 2e titre.

Nikki_LaudaDémotivé Lauda ne gagnera plus qu’une seule cours en 1985, à Zandvoort, aux Pays-Bas, laissant le titre à Prost qui s’envole. A la fin de la saison Lauda décide de raccrocher définitivement le casque. Il a alors géré sa compagnie aérienne pendant plusieurs année, avant qu’elle ne soit racheté par Austrian Airlines, qui le pousse vers la sortie. De 1992 à 1995 Nikki Lauda sera consultant pour Ferrari, poste que lui accordera son ami Luca di Montezemolo. De 2000 à 2002 il co-dirigera Jaguar Racing, l’écurie F1 de Ford. Mais il sera remercié pour manque de résultats. Depuis il à pris sa retraite et suit la carrière de son fils Mathias (né en 1981) qui ne possède pas le même talent que son père et doit se contenter des queues de peloton dans les différents championnat auxquels il participe.

Posté par Pencroff à 10:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les légendes de la F1 : Nikki Lauda l'Ordinateur

Nouveau commentaire