27 juillet 2009

Jenson Button, le dom Juan

Jenson_ButtonLe pilote de la semaine Jenson Button le dom Juan de la F1.
Jenson Button est né le 19 janvier 1980 à Frome en Angleterre. Jenson est le fil d’une star du rallye des années 70. Aussi le fils de John Button grimpa dès 8 ans dans un kart. Après avoir écrasé le kart anglais il s’inscrit en F3 et en F3000, où là encore ses résultats sont plus que prometteurs. Prost GP et McLaren-Mercedes décident d’entrer en contact avec lui, mais c’est finalement le vieux Franck Williams qui n’a put faire venir pour la saison 2000 le colombien Juan-Pablo Montoya, qui le recrute pour la saison 2000. Jenson est alors un des plus jeunes pilotes à débuter en F1. Beaucoup le pensent trop inexpérimenté pour rouler en F1, certains caricaturistes iront même jusqu’à le représenter dans une F1 avec une tétine à la bouche.

Rapidement dans sa Williams-BMW le jeune anglais fait sensation en faisant des temps comparables à son équipier Ralf Schumacher qui compte déjà trois saisons à son actif. Et dès sa seconde course il va décrocher un point suite à la disqualification de David Coulthard. En Allemagne, il manque même la 3e place pour 1,5 secondes. Mais en Belgique alors qu’il s’était qualifié en 3e position il s’accroche avec Jarno Trulli dans le premier tour. Malgré tout c’est une bonne saison à la fin de laquelle il termine 8e.

Franck_WilliamsL’écurie ayant déjà signée avec Montoya pour 2001 et Ralf Schumacher étant encore en contrat avec l’équipe, Button quitte Williams pour Benetton. Mais Benetton vient d’être racheté par Renault, qui fait encore courir l’écurie sous le nom de Benetton pour la saison 2001. Renault motorisant les voitures bleues et blanches de ses fragiles moteurs à 110°, les pilotes ne sont pas à la fête, bien qu’ils fassent de leur mieux. Mais Jenson ne parvient pas à briller, il se laisse dominer par son expérimenté équipier Giancarlo Fisichella. Flavio Briatore à la tête de l’écurie le conserve pour 2002, mais donne la place de 3e pilote à son protégé Fernando Alonso, à qui il donnera un volant l’année suivante. Briatore ayant permis à Jarno Trulli de débuter Button redoute de devoir faire ses valises au bout de cette saison. Et il ne se trompe pas. Flavio Briatore conserve Trulli et met Alonso dans le baquet de Button, malgré une bonne saison. Flavio_Briatore

Une nouvelle période va alors commencer pour le jeune anglais, celle où il connaîtra aussi bien la gloire que l’indigence des queues de peloton. BAR-Honda, l’écurie fondée autour de Jacques Villeneuve en 1999 sur les restes de la défunte Tyrrell, commence à acquérir une certaine expérience après plusieurs mauvaises saisons. L’anglais poussé par le puissant moteur Honda, équipée d’un bon chassis va se classer deux fois 4e et prouver qu’il est un bon pilote. Il va même dominer largement Villeneuve.
La saison 2004 s’annonce donc sous les meilleurs auspices. Et en effet Button va connaître une très bonne saison, puisqu’il se classera 3e du championnat, derrière l’intouchable Michaël Schumacher et derrière Kimi Räikkonen. Il va au GP de Malaisie connaître son premier podium, et signe sa première pole à Imola (San Marino), terminant 2e de la course, derrière l’imbattable Kaiser Schumacher. 9 fois l’anglais va buter sur Schumacher et 1 fois sur Trulli. 2e sur la grille de départ du GP de Monaco, derrière Trulli sur sa Renault, Jenson va harceler l’italien pendant toute la course et plus particulièrement la dernière partie. Seulement il n’est pas facile de dépasser à Monaco, d’autant que Jarno est réputé comme l’un des pilotes les plus indépassables du plateau avec Giancarlo Fisichella, Nick Heidfeld et bien sûr le Kaiser. A Monza alors qu’il menait la course depuis le début les Ferrari du Kaiser et de son lieutenant Rubens Barrichello fondent sur lui et l’avalent littéralement. Désireux de retourner chez Williams, il signe avec sir Franck, mais David Richards le patron de BAR-Honda, argue que Button à encore un an de contrat à faire avec lui. Richards ne lâchera Button à aucun prix et décide d’obtenir gain de cause coûte que coûte. Sa persévérance paiera puisque Button est contraint de continuer pour un an avec BAR-Honda. BAR_Honda_BAR007

On imagine que 2005 verra la première victoire de Button et bien non. Le sort ou plutôt la voiture en voudra autrement. La BAR 007 est complètement raté. Il passe la moitié du début de saison hors des points, avant de terminer à 10 reprises dans les points grâce à une voiture améliorée. Au final Jenson termine 9e du championnat, ce qui n’est pas si mal au vu de sa saison. Mais cela aurait pu être mieux si sa voiture s’était mieux comporté. Jenson avait décidé de quitter BAR-Honda pour Williams-BMW, mais au cours de l’année Williams lâché par BMW voyait ses voitures dégringoler en fond de grille. Aussi Button dénonça son contrat avec Williams, ce qui énerva fortement le vénérable sir Franck, mais Nick Fry le nouveau patron de l’équipe BAR-Honda intervint, en réglant une forte somme à Williams il parvint à calmer la situation et à garder Button. En quelques mois Button par ses décisions aura causé deux scandales, qu’on appellera plus tard les Buttongate.

Nick_FryEn restant chez BAR, désormais Honda, puisque l’équipe à été racheté par son motoriste, il signe sa première victoire en 2006. Les Williams ramant avec le faible moteur Cosworth il semble que Jenson ait bien fait de rester où il était. Il signe une pole en Australie, une 3e place en Malaisie, puis quelques points avant de décrocher sa première victoire sous la pluie hongroise. Partis 14e il profite des déboires des autres pilotes lorsque l’averse s’abat sur le Hungaroring (abandons d’Alonso et Schumacher), pour passer en tête et passer le drapeau à damier premier. Il est alors un des pilotes à gagner le plus tard, car il lui aura fallut attendre sa 113e course pour triompher, seuls Jarno Trulli, Rubens Barrichello et Mark Webber ont signés leur première victoire après. Dès lors Jenson entre régulièrement dans les points et parvient à finir 6e du championnat. Après deux saisons en demi-teinte, il fonde de grands espoirs sur la saison 2007.

Honda_RA107Malheureusement 2007, comme 2008 seront deux saisons épouvantable pour le britannique. Les RA107 et RA108 sont complètement ratés. En 2007 Jenson domine son nouvel équipier, l’expérimenté Rubens Barrichello en marquant 6 points à rien. Mais en 2008 il ne peut marquer que trois petits points, alors que Barrichello en marque 11, notamment grâce à sa seconde place à Silverstone, où la pluie qu’il adore est venue jouer les troubles fêtes. Honda_RA108

Honda qui à dépensé plusieurs centaines de millions de dollars pour cette équipe décide de laisser tomber, alors que la crise économique frappe son industrie. C’est également une occasion d’après Jean-Louis Moncet, pour les Japonais de se débarrasser d’une équipe à majorité anglo-saxonne, ce qui ne leur plaît pas. N’avaient t’ils pas soutenu l’équipe Super Aguri, équipe 100% japonaise, lors de son arrivée en F1, avant de la lâcher, parce que celle-ci se montrait plus brillante que l’écurie mère.
En se retirant de l’équipe, Honda confia à Nick Fry, qui dirigeait alors l’équipe avec Ross Brawn, l’ancien stratège de Ferrari, le soin de trouver un repreneur pour l’écurie. Brawn et Fry ne trouvant pas de repreneur, Ross Brawn décida de reprendre l’écurie et d’équiper ses voitures d’un moteur Mercedes, après le refus de Ferrari de vendre ses moteurs à la nouvelle équipe. Ross Brawn décide de conserver Button dont il connaît le talent et le vieux Barrichello qui va entamer sa 17e saison, mais dont il connaît la valeur.

Ross_BrawnBrawn était arrivé au sein de l’écurie Honda fin 2008, trop tard pour corriger la RA108, aussi avait’il décidé de se concentrer uniquement sur la voiture de 2009. Bénéficiant des énormes moyens déployés par Honda à cette époque, et de pas mal de temps, l’ingénieur anglais à conçu une excellente voiture. Si bien que lors de ses premiers essais hivernaux, seulement quelques semaines avant la reprise du championnat, les temps réalisés par Button et Barrichello étaient tous simplement incroyables. Ce qui faisait dire à Felipe Massa et Fernando Alonso que même allégées au maximum leurs voitures auraient du mal à réaliser les mêmes temps. Tout le monde sachant que durant les essais hivernaux les équipes se cachent pour désinformer la concurrence, tout le monde pensait que les Brawn couraient sans essence pour faire de tels temps. Malheureusement pour eux, il s’est avéré que les temps réalisés par les Brawn quelques semaines avant le début de saison étaient les bons. Car elles vont littéralement laisser la concurrence sur place lors du GP inaugural en Australie. Jenson va dominer la course, et grâce à l’accrochage de Kubica sur Vettel, parvenir à signer le doublé avec Barrichello. Jenson va alors enchaîner les victoires, laissant seulement échapper le GP de Chine, sous la pluie, où Sebastian Vettel semble intouchable. Sur les 9 premières courses de la saison il va signer de fait 6 victoires. Ce qui lui permet après ce GP de Hongrie 2009 d’être en tête du championnat, même si depuis 3 GP il perd des points sur ses poursuivants. Après avoir été éclipsé par Lewis Hamilton en 2007 et 2008, dans le cœur des Anglais, Jenson voit sa popularité à nouveau grimper en flèche. L’ancien grand espoir britannique, qui avait débuté trop jeune, se brûlant les ailes, est aujourd’hui en route pour la gloire et enfin s’imposer à la tête du championnat.

Rubens_Barrichello_2Et il est vrai que Button mérite de remporter le titre, pour ses efforts constants depuis 2003, mais aussi son talent. Comme le faisaient remarquer Jacques Laffite et Jean-Louis Moncet, lors de leurs commentaires le week end précédent, Jenson Button possède un style fluide, une conduite douce qui n’abîme pas la voiture, contrairement à Barrichello ou Vettel. D’autant que sa BGP0001, semble l’une des voitures les plus équilibrées du plateau, excellente dans les parties sinueuses, disposant d’une bon freinage et très rapide, sauf lorsqu’il fait froid (la BGP0001 n’arrive pas à faire chauffer ses pneus ce qui est très important pour l’adhérence). Mais attention à Sebastian Vettel et Mark Webber, les deux pilotes Red Bull. Ils sont dotés d’une excellente voiture et très compétitifs. Rubens Barrichello veut encore être Champion du monde, mais malheureusement je crois qu’il ne le sera jamais. S’il reste un bon pilote, il est dépassé par Button, et à mon avis c’est sa dernière saison. A moins que la diminution de budget de l’équipe pour 2010 ne l’oblige à encore faire appel à lui et son expérience. Button que l’on disait grillé fin 2008, proche de la retraite après 9 saisons infructueuses, au mieux de sa forme quant à lui continuera sans doute avec Ross Brawn l’an prochain.
Brawn_2009

Posté par Pencroff à 10:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Jenson Button, le dom Juan

Nouveau commentaire