01 septembre 2009

Les voitures propres 2

Logo_BMWBMW à la pointe de la technologie, FIAT, en plein renouveau vont développer des petits modèles similaires aux C1, 107 et Aygo, de PSA-Toyota. Citroën lancera de son côté entre 2010 et 2011 la C Cactus (hybride essence), au vu de son succès aux salons de Paris, Genève et Francfort. Le temps d’adapter le prototype aux exigences des conditions réelles d’utilisations en villes, sur route et sur autoroute. BMW va relancer sous le nom d’un modèle, le nom d’Isetta, une marque italienne qu’elle avait racheté après guerre et qui avait disparue. BMW va reprendre la forme du modèle phare de cette marque après guerre. Ce modèle ne comportait que deux places avec une ouverture sur l’avant et seulement trois petites roues. La marque bavaroise va reprendre le principe de cette voiture, petite et économe en énergie, mais elle n’en reprendra pas la gamme de prix. Car selon l’auto journal elle sera proposée à partir de 13 000 euros en deux motorisations 100% électrique ou essence. Sa petite taille et son poids riquiqui lui permettront de polluer peu en essence et d’avoir une meilleur autonomie en électrique. Cette voiture sortirait selon les estimations des journalistes en 2012. Ce qui fait que personne ne sait exactement quelle sera la tête de cette nouvelle Isetta, ni ses mensurations, ni son poids, ni ses capacités. La FIAT Topolino sera la seule voiture moderne à bénéficier d’un tel moteur avec la TATA Nano. Il fera 900cm3 par cylindre, sera pourvu d’un système d’admission de soupape variable, d’un turbo et d’un système stop and stard afin de réduire la consommation au minimum. Par sa taille la FIAT Topolino II (parce qu’elle reprend le nom d’une voiture mythique des années 30, petite et pas chère) sera une voiture urbaine. Ce qui lui permettra d’être relativement légère pour diminuer encore la consommation. De fait elle devrait consommer moins de 4l aux 100 km, pour 90 grammes d’émissions de CO2. Son prix la rendra aussi très attractive, selon l’Auto Journal, elle devrait coûter aux alentours de 7 000 euros, lorsqu’elle sera commercialisée en 2010.

Megane_bioethanolPour rouler propre, en accord avec la Terre, on peut aussi rouler au bioéthanol. Renault commercialisait une Mégane II équipée d’un moteur capable de brûler ce nouveau carburant, Saab, Volvo et Ford avaient eux aussi lancé des modèles capables de rouler à l’éthanol. Certaines entreprises ont même lancées un service de pose de kit éthanol sur les voitures ordinaires. « Un boîtier électronique, relié à une sonde à oxygène, analyse le carburant et permet d’affiner le rendement de l’injection en fonction du type de carburant utilisé. Il existe deux types de kits : manuel, c'est le conducteur qui signale manuellement le changement de carburant, ou automatique, le boîtier gère entièrement le système avec un rendement plus optimal. Les performances du véhicule ne seront pas modifiées par ce kit, mais la consommation augmente jusqu'à 25 % lorsque le bioéthanol est utilisé. Le litre d'E85 (bioéthanol dosé à 8 5%) coûtant 0,80 euro, l’automobiliste réalise tout de même de petites économies. Le véritable changement est en fait observé au niveau du pot déchappement, les émissions de CO² sont réduites de 75 %. Comptez environ 520 euros pour un système manuel et 780 euros pour la version automatique. » d’après le site Cartech.fr. Si d’un point de vue économique cela revient à peu près au même, d’un point de vue écologique le bénéfice est important.

foret_amazonienneMais voyons à ce que ce bénéfice ne soit pas pénalisé par la production de cet éthanol. Parce que la production d’éthanol mondial sera insuffisante, en combinant les cultures de betteraves, de cannes à sucre, de colza, …, cela obligera les producteur à intensifier leur production par la plus grande utilisation d’engrais, d’OGM, ou la déforestation (voyez le résultat avec l'image). Car une partie importante de la production d’éthanol nous vient du Brésil, or dans ce cas la déforestation se fera au détriment la forêt amazonienne déjà ravagée pour son bois. L’autre conséquence de cette augmentation des plantations de plantes à éthanol, sera la diminution des cultures destinées à alimenter les populations nationales. Car la production d’éthanol rapportera plus que la production à but alimentaire. Les grandes compagnies agricoles renforceront leur pression sur les petits paysans, vivant de leur culture, pratiquant une agriculture vivrière. L’idée d’utiliser l’alcool végétal est louable, et fait vibrer l’écolo que je suis, mais elle pose d’autres problèmes écologiques, des problèmes sociaux et sanitaires, de premier ordre. Alors on peut se demander si cette solution est la solution d’avenir. Aucune des solution cités n’est à proprement parler écolo, car l’électricité, il faut la produire. Mais par rapport au pétrole, les voitures ont besoin de moins d’électricité pour faire un même nombre de kilomètre à vitesse égal. Le second problème posé par l’électrique, est celui du réseau. Il faudra bien faire passer quelque part cette électricité supplémentaire. Or si le réseau EDF est plutôt solide, je ne sais pas ce qu’il en est ailleurs, ni quelle quantité d’énergie supplémentaire ce réseau EDF sera capable de supporter.

A mon avis la solution de l’avenir est hybride. Un moteur électrique et un moteur essence ou diesel grandement améliorés, couplés à des panneaux solaires pour faire fonctionner, la climatisation, les voyants lumineux, les phares, … . C’est selon moi la solution la plus raisonnable. Pour réduire notre consommation d’essence il faudra aussi adopter une conduite beaucoup plus souple et limiter ses déplacements en voiture. Pour cela développer le co-voiturage et les transports en communs. Mais je dois avouer que dans certains cas, développer les transports en communs sera très difficiles tant ils sont surchargés. Des transports en communs, qu’il serait bon dans le cas des bus, de doter de moteurs hybrides, électriques ou fonctionnant au GPL. Système qui devrait aussi être appliqués aux camions. Puisque si l’on développe le transports ferrés et maritime, qui au rapport des masses transportés polluent moins, cela mettra en péril les entreprises de transports routiers, et à travers elles les dizaines de milliers d’emplois qui en dépendent, en tant que chauffeur, mécaniciens et cadres de bureaux. Comme vous le voyez le problème est complexe et la solution parfaite n’existe pas. Aussi faut’il réfléchir à la meilleure solution pour chaque partie.

(Toutes les photos de cet articles sont dans l'album "Divers voitures")


Posté par Pencroff à 11:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Les voitures propres 2

    Comme par hasard, dès qu'on parle d'éthanol (d'alcool, quoi, je vois pas pourquoi on parle de bio-éthanol, il n'en existe pas d'autre que "bio", ou alors synthétique mais à un prix tellement élevé que c'est illusoire), la question des cultures se met curieusement en marche...

    Or, le Brésil fonctionne lui-même à l'alcool depuis des décennies, et ça n'a jamais influencé les cours mondiaux de l'agriculture. La production d'alcool pour l'automobile n'a pas baissé en 2009, et pourtant les cours sont redevenus normaux alors qu'en 2008 on accusait le "bio-éthanol"... Curieux, non ?

    Je ne vois pas pourquoi on utiliserait des OGM pour produire de l'alcool alors que les rendements actuels des plantes sont assez élevés.

    La déforestation ? On a un tiers de jachères imposées en Europe, on pourrait utiliser ces surfaces pour produire de l'alcool, non ? Pourquoi des gens ne pourraient pas mieux exploiter des cultures qui ne leur rapportent pas grand-chose en "cultivant du carburant" ? Il vaut mieux privilégier les compagnies pétrolières ?

    Et le bilan carbone ? Personne n'en parle, tout d'un coup. Tout le carbone rejeté par l'automobile serait du carbone absorbé dans l'atmosphère et non pas puisé dans des réserves minérales (nappes de pétroles), donc un bilan largement en faveur de l'éthanol. On raccourcirait énormément le cycle du carbone sans pénaliser le taux dans l'atmosphère. Encore plus quand on sait qu'un arbre à maturité ne recycle pas plus de carbone qu'un mètre carré d'herbe...

    Pourquoi toujours soulever les problèmes avant même qu'ils soient certains ?
    Suivrait-on d'un peu trop près les intérêts des pétroliers ?

    Posté par Z, 01 septembre 2009 à 13:56 | | Répondre
  • Réponse

    Je ne suis pas les intérêts des pétroliers, j'essais tout simplement de réfléchir aux problèmes que l'éthanol engendrera. Nous avons des points de vue différents et tant mieux, cela fait avancer le débat comme on dit. Merci pour ta critique, car je vois que j'avais oublié certains paramètres dans ma réflexion.
    J'ajouterais une chose. Il ne faut pas se réjouir de la fin des pétroliers. S'ils sont nuisibles sur le plan environemental, leur faillite mettrait au chômage plusieurs centaines de milliers de personnes. A savoir les employés et les sous traitants. Sans compter les désordres que cela peut créer dans les pays producteurs qui ne bénéficierais plus de la manne pétrolière.
    Ah quel dommage que nous ne puissions revenir à la charette, là au moins c'est 100% écolo. (-)

    Posté par Pencroff, 02 septembre 2009 à 22:11 | | Répondre
Nouveau commentaire